Mars 2015.

 

C'est fou comme les femmes (ou seulement les tarées comme moi) se posent des questions. Même quand je dors je me demande si j'ai bien éteint mon fer à repasser ou si j'ai bien préparé mes affaires pour le lendemain, si je n'ai pas oublié d'éteindre la lumière ... bref vous l'aurez compris je suis maniaco-dépressive....ou presque. 

Depuis plus d'un an je me pose cette question existentielle : mais merde est ce que je veux vraiment un bébé ou est ce que c'est encore cette fichue société qui m'a soufflé à l'oreille "t'as 26 ans tic/tac"; "tes amis s'y mettent tous tic/tac"; "une maison, un job, à quand le bout'd'chou? tic/tac..." ???

En fait je n'ai pas la réponse à cette question. Je sais qu'à 20 ans ce qui m'intéressait c'était de faire la belle et de crier "je suis JEUUUUUNE et je ne veux pas d'enfants" et quand j'ai appris à 23 ans que j'avais un problème au col de l'utérus j'ai pleuré dans les bras de maman pour lui dire qu'elle ne serait jamais "Granny A." J'ai subi une opération chirurgicale en juillet 2013 et paraîtrait-il que je pourrais concevoir... 

Tout au long de l'année suivante, j'ai l'impression que mon corps m'a envoyé des signaux pour me dire : "allez tu es prête, lance toi ! Fais un truc stable pour une fois dans ta (chienne de) vie."

Et je crois qu'en Décembre, contre toute attente, j'ai décidé comme une grande de faire un bébé... Pas toute seule non. G. le veut aussi, enfin je crois, il est pas très expressif des fois. Mais on en a parlé longuement; il a voulu que j'arrête la pilule, il m'a poussé à l'arrêter plus tôt et on en est la...

3 cycles plus tard, toujours pas de bébé dans le bidon. Vous allez me dire que c'est trop tôt, surtout après 10 ans de pilule, qu'il faut être patient, que ça peut prendre un an blablabla... sauf que moi la patience, j'en ai pas. Plus on me dit d'arrêter d'y penser, plus j'y pense. Plus on me dit d'arrêter de stresser, plus je panique ... en bref je commence à m'impatienter et j'ai surtout très peur d'avoir un souci. Ou pire, que G. ait un souci.

Mon corps m'a envoyé des signes pour me dire de me lancer, mais ne serait-ce pas un signe si il refuse de féconder? Est ce que cela est un signe que G. n'est pas le bon? 

Bref, entre thermomètre, courbe de température, tests d'ovulation, tests de grossesse, acide folique, huile d'onagre, forums pour futures mamans, prise de sang et j'en passe, je trouve ça difficile de penser à autre chose. Surtout quand toutes les femmes autour de toi ont décidé de tomber enceinte AVANT toi, et qu'en plus elles te posent la question fièrement : "Mais vous vous y pensez pas?". J'ai juste envie de passer leur tête dans ma nouvelle machine à laver dans ce genre de moments la. 

Le pire c'est que je ne sais pas garder un secret. Alors on avait tout prévu avec G.; comment on l'annoncerait à nos parents quand ça arriverait etc... mais moi ma Maman, c'est vraiment ma confidente...alors à la fin du cycle 2 j'ai craqué, je lui ai dit. Et quelque part ça m'a soulagé d'un poids de lui dire que voila on s'était lancés et que maintenant il n'y avait plus qu'à attendre.

L'attente promet d'être longue et le parcours semé d'embûches mais je l'espère avec une belle ligne d'arrivée et une vraie victoire pour le bout de chou qui se fait attendre. Patienter et en parler ici m'aidera je pense à faire passer le temps.